InterZones, concerts à Rennes

Charles Curtis

Biographie
Ultra White / Violet  Light
Dicographie sélective
 

Charles Curtis est né à Laguna Beach, en Californie en 1960. Il a étudié le violoncelle à la très respectable Juilliard School de New York, sous la direction de Leonard Rose et de Harvey Schapiro. A 17 ans, il remporte le premier prix du Concours Internationnal de musique Coleman ; à 18, il est lauréat du Concours International Bach à Washington, et fait ses débuts au Carnégie Hall à 19 ans. Après l’obtention de ses diplômes en 1985, il rejoint pour trois ans l’Université de Princeton pour y enseigner le violoncelle et la musique de chambre. En 1989, il devient premier violoncelle dans l’orchestre symphonique de la radio allemande, la NDR, à Hambourg et sera dirigé par des chefs d’orchestre aussi prestigieux que Herbert Blomstedt, André Previn, John Elliot Gardiner, Max Rudolf. Pendant une dizaine d’années, il va donc partager son temps entre Hambourg et New York principalement, et dans des contextes musicaux très variés. De fait, il a interprété le répertoire baroque notamment Purcell, Dowland, Haendel, Bach. Il a également accompagné la fameuse soprano Kathleen Battle, qui l’a aussi invité sur son disque "Grace", (Sony Classique, 1996). Il s’est par ailleurs tout particulièrement attaché à jouer et parfois créer les œuvres de compositeurs du 20e siècle, qu’il s’agisse des premiers modernes tels Schoenberg, Charles Ives, Webern, Dallopiccola, ou des plus contemporains Carter, Babbitt, Xénakis, Stockausen, Kurtag, Penderecki, Ligeti, Cage, Feldman, Pärt, Schnittke, La Monte Young, pour ne citer que les plus emblématiques. On le retrouve comme soliste des orchestres symphoniques de Baltimore, San Francisco, le National Symphony, Berlin, Florence, de Suisse Romande, Sao Paulo et Santiago du Chili, de même qu’il tourne régulièrement avec des ensembles de musique de chambre comme le Quatuor Ridge, la Chamber Music Society du Lincoln Center, participe au Marlboro Festival… Au festival Casals de Puerto Rico en 1998, il a été choisi comme soliste pour un hommage spécial à Pablo Casals, sur le violoncelle même du regretté maître.


Aussi surprenant que cela puisse paraître il a, depuis le début des années 80, un rôle actif au sein de la scène musicale "downtown" de New York, se produisant régulièrement dans des clubs comme la Knitting Foctory, The Cooler, l’ABC No Rio, le CBGB… Très souvent il y est invité par ses amis, les guitaristes Elliot Sharp, Donald Miller, Alan Licht, Michael J. Schumacher, Jim O’Rourke, le saxophoniste Ned Rothenberg, le trompettiste Ben Neill et dans les groupes Bongwater (Kramer), Dogbowl, King Missile, Circle X, Borbetomagus. De même il joue avec des rescapés des groupes légendaires Pere Ubu, Television, Public Image Limited. Il a par ailleurs son propre trio rock avec Peter Imig à la basse et Henry Grant à la batterie, qui s’inspire beaucoup du Velvet Underground, et qui a enregistré deux albums en Allemagne et beaucoup tourné en Europe.Dans cette carrière des plus éclectiques, ce qui le distingue tout particulièrement est d’avoir interprèté et aussi créé certaines pièces complexes en intonation juste du compositeur La Monte Young, qui lui accorde toute sa confiance depuis le début de leur collaboration en 1987. De fait, il est un des rares instrumentistes à s’être produit avec lui en duo, dans le répertoire des premiers minimalistes Richard Maxfield et Terry Jennings. De même, il joue très régulièrement à la Mela Foundation de Young à New York et dans les lofts ou des festivals (Darmstadt, Inventionen à Berlin, Beyond The Pink à Los Angeles…) qui montent ses Dream Houses. Comme lui, il a entrepris l’étude de la musique classique indienne avec le regretté maître de chant d’Inde du Nord, Pandit Pran Nath. Depuis peu, Charles Curtis s’est établi en Californie, où il enseigne le violoncelle à l’Université de San Diego, qui compte dans ses rangs des intervenants aussi prestigieux que le tromboniste George Lewis, le pianiste Anthony Davis, ou le joueur de sitar Ravi Shankar.

 

Programmation

Archives

Contact

ExtraZone

InterZones sur facebook

 

 
© 2001-2019 Association InterZones